Vitrine Q.jpg

PLATE-FORME Q

1. Chaise haute d’enfant

Pin, fin du XIXe siècle. Couleur d’origine, facture artisanale.

Don de madame Gaston Martin RF-1983-L4-29

2. Coffre à catalognes

Pin, XIXe siècle. Couleur d’origine. Orné d’un cordon de ceinture appliqué formant un « U » décoratif sur la façade. Le piétement est simple.

Don anonyme RF-1982-L4-28


3. Berceau

Berceau en bois avec deux patins dont la têtière cintrée est constituée de trois planches réunies par des clous à tête carrée. Les panneaux latéraux du berceau suivent un dessin légèrement galbé.

Le berceau équipé d’une têtière est apparu à la fin du XVIIIe siècle.

Don anonyme RF-1974-L1-22A

4. Balai

Fabriqué à partir d’un tronc de cèdre. Le pourtour a été finement incisé à la base, de haut en bas, afin d’obtenir des lamelles qu’on a rabattues à l’envers pour former un faisceau. L’épaisseur du manche a ensuite été uniformisée sur toute sa longueur.

Don de madame Lucie Vary RF-1981-L1-35


5. Pelle à blé

Bois, XIXe siècle. De facture domestique, taillée d’une seule pièce de bois. Elle est initialée : « J. N. ».

Cette pelle servait à ramasser le blé.

Don anonyme RC-1974-L60-22


6. Van

Bois. Instrument utilisé pour nettoyer le grain. Le vanneur se plaçait dehors ou près d’une porte ouverte où l’air circulait, jetait quelques pelletées de grain dans son van, saisissait l’instrument par les deux poignées et, à l’aide de son genou, soulevait le van, lançait le grain en l’air et le rattrapait aussitôt. L’enveloppe des grains et la paille s’envolaient tandis que le grain, plus lourd, retombait dans le van. Après quelques sauts dans les airs, le grain était nettoyé. Ces gestes étaient répétés pendant des heures. Évidemment, le grain qui devait servir de nourriture aux animaux n’était pas vanné avec autant de précaution. Mais le blé, l’orge ou tout autre grain destiné à la farine et à la semence était soigneusement débarrassé de ses éléments étrangers. Il ne fallait pas abîmer la meule du meunier, ni, lors des semailles, jeter en terre des graines indésirables.

Don anonyme RF-1948-L1-3

7. Huche à pain

Bois, peint probablement avec du bleu de prusse. Ce meuble haut sur pieds est muni d’un couvercle

plat et amovible. Chaque côté est fait d’une seule large planche, ce qui assure son étanchéité. La huche sert à pétrir le pain et à le ranger lorsqu’il est sorti du four. Elle peut servir aussi à conserver la farine.

Don anonyme RF-1980-L1-32


8. Armoire garde-manger

Pin, XIXe siècle. Couleur d’origine. Servait à conserver les aliments de la maison. Ce type d’armoire était très populaire. Habituellement, on pratiquait des ouvertures dans les portes afin de laisser circuler l’air à l’intérieur.

Achat RF-1981-L4-36

9. Table d’auberge 

Bois et métal, tournant du XIXe siècle. Table ronde à trois pieds et à clous de forge. Ce genre de table servait généralement dans les auberges.

Don de monsieur Robert Picard RF-1981-L4-24

10. Javelier

Bois et métal, deuxième moitié du XIXe siècle. De facture domestique. Avec poignée coulissante. Servait à couper les céréales et à les mettre en gerbes.

Don anonyme RF-1974-L1-39

11. Banc à seaux

Pin. Couleur d’origine. Ce meuble faisait partie de la salle commune de plusieurs demeures d’habitants aux XVIIIe et XIXe siècles. Sur la tablette du haut, on déposait le savon du pays et différents articles de toilette. La tablette du milieu recevait le plat pour se laver les mains ainsi que le seau d’eau propre puisée à la source, au puits ou à la rivière. Les seaux destinés à recevoir les eaux usées se plaçaient généralement sur la tablette la plus basse.

Don de monsieur Yves Saint-Germain RF-1983-L3-21


12. et 13. Seaux à eau (2)

12. Bois, rouge. Don anonyme RG-2000-021

13. Bois. Don anonyme RF-1974-L3-36

14. Lanterne sourde ou fanal

Tôle, tournant du XIXe siècle. De facture artisanale. Le corps cylindrique est surmonté d’un cône muni d’une cheminée. Une poignée est fixée au sommet. La tôle est percée et incisée de sorte que le réseau de points et de lignes dessine des formes géométriques. Une petite porte avec poignée permet de remplacer la chandelle. La lanterne protège la chandelle du vent et les ajours laissent filtrer la lumière au travers. Elle était utilisée pour se déplacer la nuit d’un bâtiment à un autre.

Don anonyme RC-1974-L42-11


15. Banc-lit

Pin, vers 1850. D’esprit irlandais, ce banc-lit provient du Haut-Canada. Le dossier est décoré de cinq panneaux creux moulurés. Le banc était converti en lit en basculant la partie siège vers l’avant, dégageant un boîtier où l’on jetait une paillasse. Couramment appelé « banc de quêteux », il était fort populaire au XIXe siècle dans le monde rural.

On le retrouvait dans la salle commune, voisin de la porte principale, toujours prêt à recevoir le survenant d’un soir. Les habitants offraient régulièrement l’hospitalité aux mendiants, croyant ainsi amener la bénédiction de Dieu sur la maison et ses habitants. On pouvait aussi l’utiliser pour coucher un ou deux enfants, l’espace vital étant très restreint dans l’habitation paysanne traditionnelle.

Don de monsieur Robert Picard RF-1982-L4-27